La Bolivie ne se limite pas qu´à la cordillère Royale. Plus au nord, en terre quechua  s’étend la cordillère Apolobamba.


L’Acotango (6.032 m) appartient à la famille des stratovolcans et forme avec ses voisins, les volcans Humarata et Cerro Capurata, les Nevados de Quimsachatas…les triplés en langue aymara. Ils sont situés à la frontière avec le Chili.


 

Le volcan Parinacota (6.330m) appartient à la famille des stratovolcans et forme avec le Pomerape, son voisin, les Nevados Payachatas…les jumeaux en langue aymara !


Les amoureux des volcans seront comblés dans le majestueux Parc Sajama. Il y règne une ambiance très spéciale avec ses volcans émergeants de terre. Cependant ces volcans donnent la plupart du temps du fil à retordre. Ils ont quelque chose de particulier.


Au milieu de la Cordillère Quimsa Cruz, dominant le village de Mallachuma, deux massifs s’imposent à nous.


Au milieu de la Cordillère Quimsa Cruz, dominant le village de Mallachuma, deux massifs s’imposent à nous. Le San Enrique à droite et le Jankho Loma (5450m) à gauche, splendide dôme glaciaire.


Le Don Luis (5.790 m) est le premier massif que l’on découvre lorsque l’on longe la cordillère Quimsa Cruz par le Sud. Et quel massif ! Il fascine et impressionne en même temps, avec ses trois pics successifs.


Le massif du Condoriri est un jardin féerique où culminent une douzaine de sommets enneigés : la Tête du Condor (5.648 m) qui, avec ses deux sommets adjacents - l´Aile Droite (5.480 m) et l´Aile Gauche (5.560 m) - prend la forme


Au beau milieu de la cordillère Royale, deux massifs sont à classer  dans la catégorie des “inédits”, le Chachacomani (6.074 m) et son voisin le Chearoco (6.127 m).


Au beau milieu de la cordillère Royale, deux massifs sont à classer dans la catégorie des “inédits”, le Chachacomani (6.074 m) et son voisin Chearoco (6.127 m).


Pages