Interview avec Anne Bialek, andiniste française et bolivienne d’adoption

24 avril 2020

Montagnes

1. Bonjour Anne, peux-tu te présenter s’il te plait et nous raconter ton parcours ?

Je m’appelle Anne Bialek et je vis depuis 13 ans en Bolivie. Je suis devenue Andiniste.

Jeune, je rêvais d’être aventurière et je suis devenue Ingénieur. Après 10 ans de loyaux services dans l’industrie automobile, je m’ennuyais fortement. Ma vie avait un goût amer et je me sentais au ralenti. Je regardais avec admiration et envie les montagnards et j’ai alors découvert la Bolivie. Je gravis mon premier « 6000 » et quasiment ma première course glaciaire.

Ce « premier 6000 » restera une expérience inoubliable. J’avais une pression énorme. Je savais à peine cramponner, je n’avais aucune expérience en très haute altitude. Un guide de montagne français m’avait prévenue… »il ne faut pas que tu penses que tu vas réussir ton 6000 lors de ton premier voyage, c’est plus dur que ce que tu n’imagines ». L’ascension fut à la fois angoissante et exaltante. J’étais très bien acclimatée après 15 jours de trek, j’avais la caisse et j’étais très motivée. J’avais aussi bien mentalisé la difficulté. Ce fut vraiment dur je l’avoue, on n’imagine pas ce que peut ressentir le corps à ces altitudes, cette envie permanente d’abandonner et de descendre, cette nausée et ces maux de tête au démarrage….il faut serrer les poings…et l’arrivée au sommet est inoubliable, une délivrance, une joie intense….après je vous rassure, on s’habitue à ces souffrances !

Je suis alors tombée amoureuse des montagnes de la Bolivie, mais aussi de la bonne humeur et de la joie de vivre de ses habitants.

En Bolivie, il y a un slogan « Tout est possible, mais rien n’est sûr ». Ce qui m’a plu c’est le « Tout est possible ». Tout m’a paru alors possible…..tout quitter en France.

J’ai commencé à travailler comme guide accompagnateur en trek, puis comme commerciale dans une agence de voyage et puis j’ai décidé d’ouvrir ma propre agence Thaki Voyage, avec mon ami Jérôme que j’ai rencontré en Bolivie.

2. Comment es-tu devenue andiniste ?

J’ai tout appris de la haute montagne avec les guides boliviens. J’avais alors 40 ans. Petit à petit, j’ai grimpé par les voies normales faciles, les « 6000 », puis je me suis essayée sur les voies plus techniques, et j’ai alors dit aux gars « pourquoi on n’irait pas sur des sommets inconnus ». Nous avons commencé à ouvrir des voies. J’ai commencé à me faire accepter et reconnaître dans le milieu des guides.

Après avoir gravi la Face Ouest du Huayna Potosi et fait la Traversée Intégrale de l’Illimani, j’avais gagné leur confiance et leur admiration. Depuis 9 ans, nous partons régulièrement en exploration et avons ouvert certaines belles voies en Bolivie.

J’ai fait mes preuves et suis désormais reconnue comme une andiniste spécialiste par les guides de montagne et par le milieu montagnard.

3. Comment t’engages-tu dans le monde de la montagne ?

Je suis très engagée dans le monde de la montagne, que cela soit à travers mes projets personnels, mais aussi à travers l’implication de l’agence Thaki Voyage (dont je suis co fondatrice) dans des projets responsables et solidaires.

Aussi, avec les droits d’auteur de mon livre « Cordillère Royale : Trek et alpinisme en Bolivie », nous avons fait une donation et avons pu organiser des journées de sensibilisation à l’environnement aux enfants de la Cordillère Royale 

De manière générale, avec les guides de montagne, je pars le plus souvent possible en exploration pour ouvrir de nouvelles voies et découvrir des massifs méconnus. Et c’est Thaki qui finance les expéditions d’exploration en montagne.

4. Raconte nous quelques-unes de tes réalisations :

En montagne j’ai tendance à être boulimique…mais, j’ai du temps à rattraper ! A l’Aconcagua, je suis montée direct en 5 jours et sans porteurs. Dans la Cordillère Apolobamba, nous avons gravi tous les sommets possibles sur notre route ; dans la région des Volcans en Argentine, nous avons gravi dans la foulée le deuxième et troisième plus haut sommet d’Amérique du Sud, l’ Ojos del Salado et le Pissis; en Équateur, j’ai gravi le Cotopaxi, Cayambe, Illiniza Sur et Chimborazo ; en 2015, nous avons ouvert une nouvelle voie sur la Face Sud de l’Illimani, en 2016 ce fut l’année des traversées de massifs en Bolivie. Nous étions partis sur la traversée du massif de l’Illampu et dans la foulée nous avons fait la traversée de l’Illimani (pour la 2ème fois pour moi) et la Traversée de la Cola del Condor. Pour l’instant, je ne suis montée qu’aux portes des « 7000 ». Mais, j’ai toujours plein de projets en tête….

5. Peux-tu nous en dire plus sur tes projets à venir ?

Nous, les montagnards passionnés, nous rêvons tous de fouler un jour un 8000. Cela nous titille, cela devient aussi parfois une obsession. Je rêve de partir un jour en Himalaya pour tenter l’aventure. Le frein est économique et il est difficile de réunir la somme nécessaire à un tel projet. Mais je ne désespère pas.

CV SPORTIF ANNE BIALEK - HISTORIQUE DES ASCENSIONS

2005 : premier 6000m, le Huayna Potosi (6088m)

2006 : Pequeño Alpamayo (5410m) et Licancabur (5916m)

2008 : Huayna Potosi deuxième fois (6088m) et Uturuncu (6008m)

2009 : Aconcagua (6962m, Argentine), Parinacota (6330m) et Acotango (6032m), Tête du Condor (5648m) et Pequeño Alpamayo de nouveau (5410m)

2010 : Illimani voie normale (6439m)

2011 : Chachacomani (6074m), Chearoco (mais pas jusqu’au sommet, jusqu’au Pic Anne !), Chaupi Orco (6070m) , Pico Schulz (5943m), Illampu (6368m) , Sajama (6542m), et en novembre Face Ouest du Huayna Potosi (première grande voie).

Puis en Argentine, Ojos del Salado (6900m) et Pissis (6800m)

2012 : Chachacomani de nouveau et Chearoco (jusqu’au sommet cette fois-ci, 6127m). Quelques ascensions dans la Cordillère Quimsa Cruz (Don Luis ou Tres Maria, San Enrique et Jankho Loma), Ancohuma (6427m), Alto Toroni (6002m) et Traversée de l’Illimani (deuxième grande expérience)

http://publications.americanalpineclub.org/articles/13201212537/Bolivia-Overview-2013

 

2013 : Traversée du Pomerape (dernier 6000m sur les 13 de Bolivie, 6220m), Aile Droite du Condor, Expédition dans la Cordillère Apolobamba « A chacun son Thaki » avec 5 sommets ( Ullakaya, Condorini, Cololo, Huanacuni et Chaupi Orco), Directe du Pequeño Alpamayo

https://www.thebmc.co.uk/first-female-ascent-of-all-bolivias-6000ers

http://publications.americanalpineclub.org/articles/13201212538/South-to-North-Traverse

Hiver 2013 : Equateur avec le Cotopaxi (5897 m), le Cayambe (5790 m), l’Iliniza Sur (5248m) et le Chimborazo (6310)

2014 : Voie des Français au Huayna Potosi, Ascension du Janq’u Uyu (5515 m) et Pach’a Pata (5650 m),  Ascension du Gorra de Hielo (5740 m) et Pic Nord de l’Illampu (6070 m)

Hiver 2014 : Colombie avec le Pan de Azucar (5215 m), le Concavo (5200 m) et le Ritacuwa Blanco (5333 m)

2015 : Traversée par les crêtes entre le Janq’u Uyu et le Chachacomani, Chachacomani avec l’équipe de l’agence Thaki Voyage, Ascension du Janq’u Laya (5535 m).

Voie normale de l’Illimani pour la deuxième fois. Ouverture d’une voie sur la Face Sud, la Directe Boliviana (24 heures d’ascensions, ma troisième grande expérience). Akamani dans la Cordillère Apolobamba (5415m)

http://publications.americanalpineclub.org/articles/13201213824

2016 : Kasiri (5850m), Traversée massif de l’Illampu (pic Nord-Pic Sud, le Pic Sud ne fut pas atteint), Traversée Intégrale de l’Illimani (seconde fois), Traversée de la Cola del Condor (massif du Condoriri)

2017 : Serki Kollo (5500m), Chearoco (deuxième fois 6127m), Exploration Chaupi Orco en vue de planifier la traversée Pic Nord-Pic Sud ( 6044m pic Sud), Traversée Acotango-Capurata (5990m),  Argentine : Macon (5500m), Socompa ( 6050), Llullaillaco (6739m, jusqu’aux ruines sous le sommet à cause d’une tempête),

2018 : Expé « Nuit Blanche sous les étoiles » dans le massif de l’Illampu, traversée sur les arêtes sous le Pic Sud, Exploration arêtes nord du Chearoco, argentine : Quewar (6130m)

2019 : Alto Toroni (6002m), Exploration massif du Wakana, Ascension du Wakana (6217m), Face Ouest du Huayna Potosi (deuxième fois), Calzada (5871m), Enchaînement Acotango (6032m)

2020 : Llullaillaco (6739m)

Suivez Anne Bialek sur Facebook

Et découvrez quelques-uns de ses exploits en vidéo