Une nouvelle cordée franco-bolivienne 100% féminine

24 octobre 2019

Montagnes

Flora, une « cholita escaladora » pas comme les autres

En octobre 2019, j’ai décidé de partir pour une nouvelle ascension glaciaire, et explorer le massif Calzada. C’est une belle montagne que l’on avait repérée avec Hugo depuis les arêtes nord du Chearoco l’année dernière. Une montagne imposante aux jolies formes. Cela allait être, par contre, un gros morceau ! J’ai proposé à Flora de m’y accompagner car j’avais envie de vivre une belle expérience montagne avec une autre femme d’une culture différente, qui partage la même passion et les mêmes valeurs que moi.  Flora est une jeune bolivienne qui enchaîne les sommets depuis un an tout en suivant mes traces. C’est un petit bout de femme de tout juste 30 ans qui est passionnée de montagne. Elle s’était lancée récemment dans la face Ouest du Huayna Potosi juste une semaine après ma deuxième ascension, puis a réalisé la traversée de l’Illimani en août dernier. Elle est dynamique et déterminée. Sa particularité est qu’elle Elle revendique son statut de cholita, tout en s’opposant aux « cholitas escaladoras », nouveau phénomène de mode en Bolivie. Quand elle se lance à l’assaut de la montagne, Flora quitte son habit traditionnel de cholita et revêt ses vêtements d’alpiniste. Elle est fort consciente que la montagne est un sujet sérieux, qu’il est important d’avoir l’équipement adéquat pour sa sécurité et la sécurité de son compagnon de cordée. Elle ne cherche pas à provoquer le buzz, bien au contraire, son objectif est de rectifier ce qui a été sur-médiatisé récemment, et remettre l’alpinisme à sa place, c’est-à-dire une passion à exercer de manière responsable.

A la recherche du sommet du Calzada, entre mur de glace et crevasse

Nous sommes donc partis avec Flora pour aller explorer ce beau massif. Nous avons remonté cette belle vallée presque idyllique qui m’avait beaucoup plu l’année dernière. Pour cela nous avons longé deux magnifiques lacs aux couleurs vert émeraude. Puis nous avons établi notre campement au fond de la vallée au pied du massif et au bord de la rivière, vers 4777m d’altitude.

Après analyse du terrain, il semblait plus difficile et dangereux de grimper par le versant Nord-Ouest. De gros séracs menaçaient la voie et encore plus à l’Ouest une barre rocheuse semblait être infranchissable. Nous décidâmes d’attaquer par la droite, son versant Sud-Est. Cela allait être plus long, mais cela semblait plus tranquille. Par contre la traversée du chaos rocheux allait être long et pénible.

Nous partîmes vers 01h30. Ce fut en effet interminable dans les rochers. Certaines parois rocheuses infranchissables nous firent faire des détours, Flora marchait comme un cabri et moi je serrais les dents en attendant de rejoindre le glacier. Il nous fallut 4 heures pour arriver au bord du glacier vers 5300m d’altitude.

J’étais soulagée de fouler la glace et je pus prendre mon rythme de croisière sur le glacier. J’étais en terrain plus favorable et le jour n’allait pas tarder à se lever. Après plusieurs pentes plus ou moins raides, nous arrivâmes à un plateau sous le sommet. On aurait pu croire que nous arrivions au sommet, mais malheureusement je savais que celui-ci était encore loin. Cela faisait vraiment une belle bombée depuis le camp de base. Le vrai sommet était enfin en vue. Nous décidâmes de piquer vers la droite pour monter au sommet. Je commençais à fatiguer. Après une dernière pente bien raide, nous arrivâmes sous un mur de glace juste sous le sommet qui était à portée de main. Malheureusement, une énorme crevasse ouverte barrait l’accès au sommet.

Dommage, nous aurions dû prendre par la gauche. Il faut l’accepter, en exploration, il y a une part d’aléa et de contre temps que l’on ne peut pas éviter. Il faut parfois s’y prendre à deux fois pour atteindre le véritable sommet. Nous décidâmes donc de fêter notre ascension sous le mur de glace qui cachait le sommet. Flora comme à son habitude se vêtit de son habit de cholita qu’elle avait porté dans son sac à dos. Elle superposa deux ou trois jupons par-dessus son pantalon, mis un tee shirt bleu et la voilà méconnaissable! C’est dans la joie et la bonne humeur que je me prêtais à la séance photo… ceux qui me connaissent savent que je ne porte pas trop à cœur les mascarades, mais dans ce cas, j’étais très à l’aise en compagnie de Flora car je sais qu’elle ressent une vraie passion et respect pour la montagne, et ne cherche qu’à exprimer son identité de cholita, qu’elle porte fièrement au sommet.

La descente du Calzada, une autre paire de manche

Après avoir bien ri, il nous fallait tout redescendre et cela allait être épuisant. Pour éviter ce chaos rocheux traumatisant, nous allions faire tout un détour par le glacier en descendant plus à l’Est. C’était en effet mieux, mais interminable. On commençait sérieusement à fatiguer Flora et moi. Nous avons dû descendre en rappel deux pentes bien raides avant de rejoindre le fond de la vallée… cela m’a valu une chute dans une crevasse lors de la descente, plus de peur que de mal, même si mon genou est revenu violet de cette aventure.

Au camp de base nos amis porteurs et aussi Lisa nous attendaient avec anxiété. Ils pensaient déjà monter nous chercher car ils étaient inquiets. Cela faisait plus de 12 heures que nous étions partis et nous n’avions pas réussi à nous contacter par radio. Il est clair qu’en exploration dans les Andes, il ne faut vraiment compter que sur soi-même. Il n’existe pas de véritable sauvetage en montagne.

Ici, on vit encore de véritables Aventures, où la notion de danger existe vraiment.

On peut encore rêver d’exploration, découvrir des sommets encore vierges, ouvrir sa voie, rebrousser chemin et chercher le bon tracé, analyser le terrain et se frayer un passage, avoir peur et se sentir isoler, sentir le vrai isolement, ici aucun hélicoptère ne viendra vous chercher et cela change beaucoup la perspective.

Après avoir repris un peu des forces au campement, il nous fallut redescendre encore toute la vallée jusqu’à la voiture.  Nous avions passé une magnifique journée de partage, de passion commune pour la montagne et vraiment j’étais très heureuse d’avoir rencontré une autre femme passionnée des Andes comme moi pour vivre justement ces moments forts ensemble, que seuls les vrais passionnés peuvent comprendre.

Texte écrit par Anne Bialek